Actualité sportive en auvergne



Photo © Hervé Chellé

Retour en images sur la 32e édition des Copains et le triomphe du VC Ambert

Les plus forts étaient Ambertois, ce dimanche, sur la cyclosportive Les Copains-Cyfac. Mickaël Bérard et Samuel Paslier, coéquipiers au Vélo Club, ont franchi la ligne en vainqueurs, main dans la main, après 155 km à travers le Livradois et le Forez. Retour en images sur cette 32e édition.

La cyclosportive Les Copains-­Cyfac reste la chasse gardée du Vélo Club Ambertois. Ce dimanche, deux coéquipiers du VCA ont inscrit leur nom, conjointement, au palmarès de l’épreuve la plus difficile de la cyclo ambertoise, longue de 155 km.

Mickaël Bérard et Samuel Paslier n’ont pas voulu se départager, préférant franchir la ligne d’arrivée ensemble, main dans la main. La sixième victoire aux « Copains » pour Bérard, 36 ans, coureur plein d’abnégation, se sublimant toujours à domicile. La première pour Paslier, 23 ans, arrivé cette saison au VC Ambert et néophyte sur la grande cyclosportive auvergnate (2.250 participants à sa 32e édition, ce dimanche matin).

« C’est un régal de finir (premier) avec Mickaël, on a bien manœuvré », confiait le néo-­Ambertois, originaire du Cantal et monté cette année en 2e catégorie FFC. Paslier a été d’un grand soutien pour Bérard, qui se débrouillait d’ordinaire seul pour aller chercher la victoire à Ambert, chez lui.

« Course d’équipe »

« Avec Samuel, on a pu faire la course d’équipe, expliquait celui méritant vraiment le surnom de « meilleur copain ». On était les plus forts aujourd’hui (ce dimanche). C’est parti très vite, je ne donnais pas cher de mes chances au début de la course ; un peu comme à chaque fois. Et puis, sur la fin, on retrouve de la motivation pour aller à l’avant. »

Bérard et Paslier sont passés à l’offensive dans le col des Supeyres, aux deux­-tiers du parcours. Au sommet, ils n’ont gardé avec eux qu’un coureur de la Loire, Cédric Richard. « Ensuite, à deux contre un, c’était plus facile », convenait Mickaël Bérard, content d’avoir « bien joué » sur le plan tactique. À force de subir des à coups, Richard a fini par céder et les deux sociétaires du VC Ambertois ont pu se présenter ensemble sur la ligne, donnant des allures de triomphe à leur succès commun.

Bérard savourait d’autant plus cette victoire, après l’accident de la circulation dont il a été victime il y a deux mois, à l’entraînement. Il n’espérait même pas être capable de revenir si vite, à son niveau. « C’est miraculeux, c’est une belle revanche, estimait­-il. Je me suis fait renverser par un camion. J’ai eu une main fracturée et un plâtre pendant un mois. Quand on me l’a enlevé, j’avais envie de bien m’entraîner en pensant dans un coin de ma tête aux “Copains”. Ça s’est fait au mental. »

Et sur ce plan-­là, l’Ambertois est d’une solidité à toute épreuve. Ce dimanche après-midi, il avait projeté d’aller courir à pied, en prévision d’une participation à un Ironman, en triathlon. Dur au mal et vraiment increvable, ce Mika Bérard.

 

Retrouvez les classements complets en cliquant ICI

 

Raphaël Rochette

Commentaire