Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Rugby
Photo © Christian Stavel

Arpajon - Saint-Cernin : les paris réussis du derby

En se lançant le défi d’organiser le derby face à Saint-Cernin au Stade Jean-Alric, les rugbymen arpajonnais savaient qu’ils seraient doublement attendus. Du côté de l’organisation et sur le terrain, le pari a été relevé. 

Samedi soir, il n'y avait qu'à observer le sourire sur les visages pour répondre par l'affirmative. Quelle soirée incroyable ! L'engouement populaire (3.500 spectateurs) a été si fort qu'il a fallu décaler de 10 minutes le coup d'envoi pour que tout le monde puisse rentrer dans l'enceinte.

Les supporters des deux clubs mais aussi ceux venus pour l'occasion créèrent une atmosphère incroyable et enivrante. Le premier pari était donc réussi au-delà des attentes : ce match fut une véritable fête du rugby amateur cantalien.

Dans ce contexte très spécial les « Orange et Noir » ont fait preuve de solidarité de combativité, d'esprit de révolte et ça a payé. Le point de bonus est amplement mérité, et n'est pas dû aux rebonds de la « bechigue » ou au vent défavorable sur des coups de pied arpajonnais. Saint-Cernin a perdu, sans doute, à cause de son indiscipline qu'il faudra corriger rapidement, mais nullement sur un manque quelconque d'envie ; les joueurs s'adaptant assez bien au nouveau système de jeu mis en place.

Meilleure discipline


Devant cette foule inhabituelle, les 30 acteurs parvinrent à dominer la charge émotionnelle créée pour offrir un spectacle agréable.

Certes, comme à chaque derby, les envolées furent rares, les fautes de jeu présentes mais, grâce à une belle intensité et de belles inspirations, le stade fut tenu en haleine.

Au final, grâce à une meilleure discipline, à des temps forts mieux maîtrisés et un coaching intelligent, les Arpajonnais prirent logiquement le dessus. À l'heure de jeu pourtant, alors que l'orage s'abattait sur Jean-Alric, Saint-Cernin, supérieur en mêlée et plus combatif, se montra longtemps menaçant.

Le capitaine Batut pouvait souffler : « C'est une grande fierté. Recevoir Saint-Cernin à Jean-Alric nous mettait sous pression. On a vécu un grand moment. Ça donne des frissons. Malgré une entame délicate, on n'a pas baissé les bras et on a bien géré. Place à la fête avant de se reconcentrer sur Argentat. »

La 5e journée. Dimanche à 15 heures : Arpajon-Veinazes se déplace sur le terrain d'Argentat alors que Saint-Cernin reçoit, au « Moulin » Monflanquin, qui vient de battre le leader de la poule, Belvès.

Commentaire