Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Athlétisme
Photo © Pierre Couble

Des Auvergnats présents, mais pas l'or

Et de trois qui font sept. Deux récompenses en argent et une en bronze sont venues, ce dimanche, à Aubière, gonfler le bilan auvergnat aux France Nationaux et espoirs. Mais l’or s’est cette fois refusé aux « locaux ».

Clôture, ce dimanche, des « France » Nationaux et espoirs, à Aubière. Et trois nouvelles médailles auvergnates.

Dont deux du même métal. Mais, cette fois, pas le plus beau. Ce qui suscita forcément chez leurs récipiendaires, une appréciation diverse de sa saveur.

La première récompense est venue des élégantes foulées de Marjorie Veyssière, sur 400 m.

Déjà vue à son avantage, la veille, la Clermontoise, résistant dans le dernier virage à la pression mise par Cheryl Hermine, finalement 4e, est allée chercher un superbe argent derrière l'intouchable Kellya Pauline, avec son record salle et plein air confondu en prime, en 54"01. Vraiment de la belle ouvrage que l'intéressée a savouré.

Pour son camarade de club, Alexis Phelut, qui reçut lui aussi l'argent sur son 1.500 m ( 3'57"07) de bout de programme, ce fut, à l'inverse, carrément la soupe à la grimace. Quatrième au bilan des qualifiés, le Clermontois l'avouait tout net : « Je n'avais qu'un seul objectif ici, c'était de gagner. Je suis donc forcément déçu de cette deuxième place. Surtout que c'est la quatrième fois... » Soit deux fois sur 1.500 m, une troisième sur steeple, une dernière en cross. A force, c'est sûr, ça pèse. Pourtant l'élève de Jean-François Pontier fut bien l'acteur qu'il avait décidé d'être, hier, pour toucher enfin au succès. Quatrième au bilan des qualifications, on le vit d'abord prendre grand soin de rester à la corde au sein de ce top 4. Qu'il ne quitta que le temps de deux ou trois foulées, à la mi-course, lorsque la nasse fut agitée d'un drôle de mouvement. Mais Phelut ne se laissa pas piéger et reprit vite son rang.

Forte accélération


Avant, à un peu moins de deux tours de l'arrivée d'accélérer franchement. Très franchement : « Je crois que j'ai vraiment tenté, j'ai vraiment essayé dans cette course. Quand j'ai attaqué fort, c'était pour que pas grand monde ne puisse suivre... »

Et ça réussit puisque seul Yann Schrub put rester quasiment au contact. Avant, dans le dernier virage, de commencer à se rapprocher : « Je connaissais son finish. Mais j'étais devant. Les mètres défilaient et j'étais encore devant. Mais quand il me passe, c'est mort. » C'était, en effet, quasiment devant la ligne.

La troisième médaille était attendue à la perche féminine, espoirs toujours. Elle tomba effectivement dans l'escarcelle auvergnate via Gaudy. Pour peser d'un bronze de frustration...

Commentaire