Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Volley
Photo © Photo Francis Campagnoni

Le Cannet, l’arbre qui cache la forêt ?

Samedi, les volleyeuses de Chamalières se sont inclinées face à France Avenir 2024. Après leur victoire au Cannet quatre jours plus tôt, cette défaite a pu surprendre. Explications.

Trois sets à un. Les Chamalièroises ont été battues et dominées sans conteste par France Avenir 2024 dans leur antre, au stade Chatrousse, ce week-end. Après leur belle prestation face au Cannet, quelques jours auparavant 3 sets à 0, et le potentiel sur le papier de ces jeunes volleyeuses de l'IFVB, il était facile de pronostiquer une victoire des Panthères.

« Il est plus simple de jouer les outsiders »

Mais le sport a ses raisons que parfois la raison ignore… Quoique. Atman Toubani, le coach chamalièrois a quelques arguments qui pourraient expliquer cette déception. « Mardi dernier, contre Le Cannet, nous étions dans un contexte complètement différent. Nous étions outsider. Nous affrontions un prétendant au titre chez lui. Il était donc plus facile pour nous de prendre des risques. Nous étions libérées dans note jeu… Ce soir (samedi), nous réalisions notre premier match à domicile. Il y avait probablement un peu de trac et nous n'étions peut-être pas en confiance contrairement à nos adversaires qui étaient remplies d'envie et qui n'avaient rien à perdre… Et puis nous débutons la saison, et il reste très peu de filles du six majeurs de l'an passé dans notre effectif. » 

Atman Toubani relève ainsi un point sensible du VBCC version 2018-2019. Avec seulement neuf professionnelles (dont cinq recrues) et une jeune amateur, celui-ci est encore plus réduit que l'an passé. « Nous manquons de profondeur de banc. On sait que nous avons des rotations restreintes. Quand il y a une fille qui est moins bien, on arrive à cacher la misère, mais quand il y en a plusieurs, c'est plus compliqué… Il faut aussi gérer le temps de récupération. C'est plus facile de jouer un match par semaine, mais deux dans ces conditions, comme ce fut le cas ici, quand on pioche physiquement et mentalement, les solutions sont limitées. À nous de travailler là-dessus… », poursuit-il. 

Et ce n'est un secret pour personne, Chamalières fait aussi partie des petits poucets de ce championnat de Ligue A féminine, notamment en raison de son budget. Et sa prestation face à France Avenir 2024 laisse quelques regrets au coach de Chamalières : « Il n'y aura pas de miracle. Après Le Cannet, tout le monde s'était un petit peu enflammé, pas les joueuses, pas le staff, ça, je vous le promets. On est lucide, il y a une belle marge de progression. Ce qui est dommage, c'est que la salle était pleine… Et si un jour, on veut avoir douze joueuses dans notre effectif, il faut que les tribunes soient remplies. J'encourage les gens à venir nous voir… »

La prochaine rencontre à domicile se jouera le 10 novembre face à Mougins. D'ici là, les filles de Chamalières devront se déplacer pour affronter Nantes, un gros morceau. Il faudra donc qu'elles se défendent avec leurs armes. Et c'est bien celles-ci qui leur ont permis de vaincre Le Cannet mardi dernieræ


Stéphanie Merzet

Commentaire