Actualité sportive en auvergne



Photo © Christelle Gaujard

Alioune Sène, un Clermontois à Glasgow

Un seul Auvergnat portera le maillot bleu aux championnats d’Europe en salle de Glasgow (Écosse), de demain à dimanche : le perchiste clermontois Alioune Sène. Vingt-trois ans et l’envie de « se lâcher à 100 % ».

Mardi 19 février, l’immense halle de l'Insep, la prépa appliquée sous la houlette de Gérald Baudouin. Et là, la nouvelle ! « Quand la liste est sortie, se souvient Alioune Sène. J’étais à l’entraînement. Mon coach me l’annonce à ce moment. Et c’est clair que ça facilite la séance, que ça donne des raisons de continuer encore. » Des ailes supplémentaires pour le perchiste clermontois, passé senior cette année.

Bon, une demi-­surprise, en fait. « Je m’y attendais mais il peut toujours y avoir des imprévus », admet le jeune sélectionné. Exposé : trois billets pour l’Écosse attendaient les perchistes tricolores, trois hommes avaient réalisé la condition de base, le niveau de performance requis (NPR), sauter plus de 5,65 m (Renaud Lavillenie, Axel Chapelle et lui). Mais ce critère précédait celui de la place aux France Elite de Miramas, en l’occurrence, la troisième pour l’athlète du Clermont Athlé, à 5,35 m seulement.

Perf, douleur et ambition

Loin de sa fracassante perf de rentrée à Orléans, le 12 janvier, avec sa meilleure marque personnelle à 5,71 m. Mais c’était avant la douloureuse blessure au gros orteil du pied droit. « Moins d’une semaine après mon record, je cours et ça craque. On pensait à une fracture de fatigue et finalement, le ligament est touché avec œdème osseux ». Soins, mésothérapie, n’empêche, une vraie gêne sur les deux dernières compétitions. « Quand je suis arrivé aux France, je n’osais pas poser le pied », se souvient le résident parisien mais Stadiste fidèle à ses couleurs.

À Glasgow, le perchiste formé par Fabrice Le Monnier dans ce Clermont quitté à la rentrée 2017 qu’il « kiffe » pourtant, suivra donc la piste de la raison. Il sautera sur son élan réduit officiel, à 16 foulées, et « sur des choses qu’on sait faire ». Pas de risques, en effet, à un niveau qu’il ne va pas découvrir. En bronze aux Europe juniors d’Eskiltuna (Suède) en 2015, l’espoir joutait déjà aux Europe de Berlin, en août dernier. En phase avec ses ambitions : passer en finale (5,51 m), avant de prendre la 12e place (5,30 m).

« Tout le monde est prenable »

Son objectif écossais, son « comme à Berlin » qui se confond avec un slogan, se comprend parfaitement : « Passer les qualifs (ce vendredi, 20 heures) et se lâcher à 100 % sur la finale (samedi, 19 h 10). Ça reste un championnat, précise-­t-­il, tout le monde est prenable ».

Quant à la responsabilité nationale placée sur ses épaules, et celle de Chapelle d’ailleurs, en l’absence du boss Lavillenie, il apprend « à faire avec », l’apprivoise. Et elle renforce plutôt sa volonté, gonfle son mental. « C’est une bonne pression, d’adrénaline, de motivation. »

 

Francis Laporte

Commentaire