Actualité sportive en auvergne



Photo © Rédaction SPORTS

Chamalières bâtit son groupe

Le VBC Chamalières avance sur son futur effectif. Le club vient ainsi d’enregistrer les deux premières signatures pour la saison prochaine au sein d’un groupe qui conserve sa colonne vertébrale.

Chamalières a mené à bien la première étape de son recrutement en gardant sa colonne vertébrale pour relever le défi d’une nouvelle saison en Ligue A Féminine. Le club peut maintenant s’attacher à la seconde phase de son projet de construction avec le recrutement externe. Et, là aussi, plusieurs dossiers sont bien avancés.

Comme évoqué, Estelle Adiana (1,82 m) est la première recrue du club chamaliérois. « C’est gaillard et explosif, résume Atman Toubani au sujet de l’internationale camerounaise. Elle a davantage un profil de pointue que de réceptionneuse-­attaquante. Elle a 22 ans et elle va connaître sa première expérience en dehors du Cameroun. »

Victoria Young, une centrale américaine (1,86 m) passée par l’Université d’Alabama (NCAA, 1re division) s’est également engagée. Agée de 24 ans, elle vient de passer une saison au TFSE de Budapest (Hongrie) où elle a ainsi pris ses marques avec l’Europe. « Elle est dans le profil de Paige, Lauren et Amanda, précise l’entraîneur auvergnat. Elle a une très bonne lecture de jeu. C’est plutôt une attaquante sur du jeu derrière la passeuse. »

Des renforts à venir

Deux premières arrivées donc, mais cinq à six autres renforts devraient rapidement être finalisés par Chamalières qui est parvenu à garder ses cadres pour la Ligue A Féminine. Une marche importante dans la constitution de son futur effectif. Il est vrai que repartir avec une colonne vertébrale constituée de Christelle Nana­Tchoudjang (pointue) en attaquante prioritaire (15,5 points par match en moyenne), de Kathleen Gates (passeuse) et d’Anne-­Laure Margirier (libero) permet d’aborder un exercice avec une certaine sérénité.

Yolande Amaga-­Guigolo, la deuxième passeuse, a également donné son accord. Avec les départs de Taesha Silva, Luawe Tangopi qui rentre au Centre de formation de Nantes, de Marjorie Correa qui reste en France et portera les couleurs de Saint­Raphaël (*) et vraisemblablement d’Amanda Brown, Chamalières sait aussi quels postes il doit cibler, même si la situation des autres joueuses (Diana Arrechea, Marie­-Alex Bélanger) n’est encore pas définitivement tranchée.

 

Jean-François Nunez

(*) Ancienne libero de Chamalières, Lucie Dekeukelaire ne jouera pas à Saint­Raphaël la saison prochaine. Elle est en effet annoncée à Marcq-­en-­Barœul.

Commentaire