Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Athlétisme
Photo © AFP

Lavillenie : "J'ai tout ce qu'il me faut à Clermont"

Une séance de vélo, mercredi, de courses, jeudi, et de sauts, vendredi. Le perchiste clermontois Renaud Lavillenie prépare les championnats d'Europe à demeure avant de s'envoler pour Berlin, le 8 août.

Que retenez-vous de votre concours londonien (2e avec 5,86 m), le dernier avant les Europe ? 

« Le plus important est que j'ai été capable de faire un très bon concours en passant tout au premier saut, et de mettre les autres en danger alors que je ne savais pas trop où j'allais à cause de mon genou. Je bats Mondo (Duplantis) qui sera mon adversaire principal à Berlin. »

Votre douleur au genou gauche, pouvez-vous la préciser sur une échelle de 1 à 10 ? 

« A Rabat, elle était à 6-7. A Londres, 3-4. Elle reste présente mais quand on s'y attend, tout est plus facile à appréhender. »

Elle tend donc à s'effacer. 

« J'ai eu, lundi, une infiltration pour mettre du gel et j'ai pris quelques jours pour que cela fasse effet. Le but est d'arriver à Berlin avec un minimum de douleur, voire sans aucune douleur du tout. »

Avec 12 concours à votre actif, la saison a-t-elle été longue ? 

« Non, il y a une alternance de périodes de compétitions et de périodes plus calmes. Je suis en cela mes adversaires. Faire des compétitions, c'est se donner les clefs en main. C'est là qu'on voit, qu'on prend des bonnes infos. Par exemple, cette année, j'ai passé 5,80 m avec 3 ou 4 perches différentes. A ce niveau, j'ai mes repères. »

« Je suis content d'avoir trouvé un endroit où je peux tout concilier »


La préparation terminale : à Clermont, bien sûr ! 

« Je reste à la maison. Je voyage toute l'année un peu partout dans le monde et là, j'ai tout ce qu'il me faut pour ces 10 jours pleins. »

Sur quoi l'axez-vous ? 

« La technique. Retrouver l'engagement (la liaison en fin de course, ndlr) total dans les sauts. Si je le fais, je sais que je sauterai haut. »

A ce propos, cela fait 10 ans que vous êtes arrivé à Clermont… 

« J'y suis bien, et content d'avoir trouvé un endroit où je peux tout concilier. Sinon, je n'aurais pas eu ces résultats sportifs et je serais parti depuis longtemps. J'ai tout ici. Je me sens auvergnat. »


Commentaire