Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Lavillenie : "La plus belle des satisfactions"

Pour la première fois depuis la création de « son bébé », Renaud Lavillenie n'a pas pu participer au All Star Perche, dont la quatrième édition s'est tenue ce dimanche à la Maison des Sports de Clermont. La faute à cette blessure aux ischios jambiers qui le perturbe depuis près d'un mois.  Passée la déception de n’avoir pas pu se mêler à la fête, l'organisateur de l'épreuve dressait un bilan positif de cette cuvée 2019.

Renaud, le fête est-elle réussie ?

« Largement. C'est même au-delà des ambitions que je pouvais avoir par rapport au plateau du jour, qui était déjà de très bonne qualité. On n'a jamais l'assurance d'avoir une meilleure performance mondiale et une belle affluence. Mais quand on fait le bilan, et bien que chez les hommes il ait manqué les trois meilleurs de l'été dernier, on n'a rien à envier à l'édition précédente. C'est une vraie satisfaction et quel plaisir de voir la salle vraiment bien remplie et de voir les gens réactifs. Les athlètes ont vraiment adoré. Ils m'ont tous donné leur feu vert pour revenir l'année prochaine. »

 

« Un rendez-vous incontournable » 

 

Chez les hommes, Piotr Lisek et Sam Kendricks ont fait le show jusqu'au bout...

« Ils ont tout donné. On a quasiment eu le même résultat que l'année dernière. Il y a eu des records personnels à la pelle, énormément de records nationaux, notamment chez les femmes. Le côté performance a vraiment été de la partie. Les gens ne se sont pas ennuyés et pour moi, c'est le plus important. C'est la plus belle des satisfactions. » 

 

Clermont est devenu la "Mecque" de la perche ?

« C'est compliqué pour moi de l'affirmer, mais je pense que oui. L'objectif était de pouvoir devenir le rendez-vous incontournable chaque année pour sauter à la perche. Une fois de plus, les athlètes m'ont donné raison. Et le fait que chaque année les meilleures performances se réalisent ici va nous permettre de nous installer en leader des meetings. C'est quelque chose de très positif. »

 

« Je serai toujours présent au All Star Perche, c'est mon bébé »

 

Cette année, vous n'avez pas pu sauter à cause de cette blessure. Cela n'a-t-il pas été trop difficile pour vous ?

« Franchement, j'ai eu la chance d'être en quelque sorte le chef de file de l'organisation. J'ai donc complètement mis de côté l'aspect "adversaire". Mon ambition était vraiment que les mecs sautent haut. Après, ça m'aurait fait quelque chose s'ils avaient battu mon record de la salle (6,02 m), parce que je reste un compétiteur avant tout.

C'était dur de se dire que je manquais la fête. Mais c'était pour de bonnes raisons. A un moment donné, il fallait être capable de dire "stop" et ne pas commettre les erreurs que j'ai pu faire par le passé. Maintenant, j'attends deux choses : les championnats du monde cet été, en espérant que le temps que je prends maintenant me permettra d'être à 100 %, et bien sûr la prochaine édition du All Star Perche, car il y aura encore le feu. C'est une certitude. »

 

Le concours de ce dimanche prouve que le All Star peut donc se dérouler sans vous...

« Sans moi, oui et non. Parce que j'étais quand même là pour tout bien ordonner (sourire). Après, sur la piste c'est une certitude. La volonté, c'était de lancer ce meeting-là en sachant qu'un jour ou l'autre je ne pourrais pas en faire partie. Mais, une chose est sûre, je serai toujours présent au All Star Perche parce que c'est mon bébé. Que je sois sur la moquette ou sur la piste, je donne tout pour que ça se passe bien. Après, ce qui est satisfaisant c'est que chaque année, l'organisation gagne en notoriété. Maintenant, on va vraiment se positionner comme un meeting incontournable pour la perche au niveau mondial. Et c'est une vraie fierté pour mon équipe et moi-même. Maintenant, le challenge, c'est de rester le plus longtemps possible à ce niveau-là. D'ailleurs, on est déjà à bloc pour l'année prochaine. »

 

« Le record du meeting, j'ai encore envie de l'améliorer »

 

Quand vous voyez le niveau de ce All Star Perche, êtes vous optimiste pour les championnats du monde en fin d'année ?

« Oui, parce que quoi qu'il arrive, c'est un niveau de concours que je fais, je ne dirai pas facilement, mais l'an passé, j'avais fait 5,93 m. Après, sur un jour, sur une compétition, tout peut arriver. L'an passé, sept mecs avaient fait 5,88 m et une semaine après, Piotr (Lisek) et Sam (Kendricks) faisaient deuxièmes et troisièmes avec 5,85 m. Toutes les cartes sont rebattues à chaque compétition. Ce qui est bien, c'est qu'on a toujours de la densité, des visages qui changent. Chez les mecs, en quatre éditions du All Star Perche, on a quatre vainqueurs différents, et à chaque fois avec de très belles performances. Pour en revenir à la question initiale, je ne suis vraiment pas inquiet. Quand on sait que ça fait deux ans que je suis plus ou moins sur une jambe et demi et que je suis toujours en train de matcher... Si je retourne sur deux jambes et que je fais tout pour y arriver, il n'y a pas de raison que je ne puisse pas aller chercher la victoire à chaque fois. »

 

Vous avez aussi coupé cette année pour pouvoir participer au All Star Perche l'année prochaine... 

« Complètement. J'ai appris beaucoup de choses cet hiver sur ma gestion. S'il y a bien un meeting que je veux pas rater, c'est bien celui-là (le All Star Perche). Si j'avais arrêté deux semaines plus tôt cet hiver, peut-être que j'aurais pu sauter ce week-end... Mais une chose est sure, le record du meeting, j'ai encore envie de l'améliorer et d'aller encore un peu plus haut. Et je sais que si je dois fixer un endroit, c'est ici. »

 

Quand allez-vous reprendre l'entraînement ?

« J'ai encore deux semaines d'attente, je vais prendre aussi un peu de temps. Fin mars, je devrai recommencer à bien être actif. »

Commentaire