Actualité sportive en auvergne



Photo © Vincent JOLFRE

Le Puy Foot a déjà un pied en National

Vainqueur en costaud sur la pelouse de Romorantin (0-1) samedi alors que les Herbiers chutaient dans le même temps à Andrézieux, Le Puy a repris la première place. Et semble bien parti pour la montée alors qu’il ne reste qu’une journée !

L’heure n’était pas encore au champagne samedi soir pour Le Puy Foot mais la joie des joueurs et du staff en disait long sur la performance réalisée. Grâce à un but inscrit à la 84e, au terme d’un match serré, Le Puy a battu Romorantin et a retrouvé la première place, profitant de la défaite de son rival des Herbiers à Andrézieux (1-0). Avec deux points d’avance et un dernier match à jouer à domicile contre Blois, Le Puy Foot est maître de son destin et a déjà un pied en National. On vous explique pourquoi en quatre points…

1. Une victoire clé à Romorantin. 

Ce 13e succès conquis samedi à Romorantin vaut sans doute de l’or : Le Puy a remporté le match qu’il fallait dans sa course pour rejoindre le National. Face à une formation du SO Romorantin en « pleine bourre » depuis l’arrivée de Yann Lachuer aux commandes de l’équipe, Joachim Ichane et ses partenaires ont su se montrer patients et appliqués dans tous les secteurs du jeu.
Tout s’est joué dans le dernier quart d’heure. Les espaces libérés par les locaux donnaient un peu plus de liberté aux Vellaves et le capitaine Loïc Dufau, d’un tir enroulé du droit, libérait les siens à la 84e minute ! Surmotivés par l’enjeu et en quête du fauteuil de leader, les hommes de Roland Vieira tenaient bon jusqu’à la dernière minute au terme d’arrêts de jeux stressants pour le clan vellave. Combinée à la défaite des Herbiers à Andrézieux (1-0) dans un match entre le leader et le troisième, Le Puy a réalisé la bonne opération de la soirée.

2. Le Puy a son destin entre les mains. 

Finis les calculs et autres équations à plusieurs inconnues pour envisager l’accession dans un haut de tableau serré. Depuis samedi soir, Le Puy Foot se retrouve solide leader de son groupe avec deux points d’avance sur ses poursuivants directs, Les Herbiers et Andrézieux. Et ce alors qu’il ne reste qu’une petite journée à disputer… 
Une victoire à domicile samedi prochain contre Blois (4e) sacrerait donc les Vellaves et leur offrirait la montée tant attendue en National, soit le troisième niveau au niveau français. Allevinah et les siens ont une semaine pour préparer cette rencontre et possèdent les cartes en mains pour réaliser leur rêve.

3. Le sang-froid du groupe.

Leader de son groupe B de N2 durant dix journées (de la 14e à la 24e), Le Puy connaît une fin de saison plus compliquée. La faute au sursaut de plusieurs rivaux mais aussi de déroutes inquiétantes. Parmi celles-ci, la défaite contre Andrézieux à domicile le 13 avril dernier (0-2) ou celle, cinglante, du 4 mai, contre le Stade Bordelais, encore à Massot (0-3) restent encore dans tous les esprits. Les Ponots auraient pu ne pas s’en relever mais le groupe a fait preuve d’une belle force de caractère et d’un incroyable sang-froid, symboles d’une équipe d’expérience, sûre de ses qualités. Les victoires à Saint-Étienne, contre Bordeaux et samedi face à Romorantin, à chaque fois sur le plus petit des scores (1-0), prouvent la capacité de cette équipe à savoir gagner quand il le faut.

4. Petite finale pour grosse ambiance. 

Malgré un stade en plein chantier (pour une infrastructure bientôt digne d’un club de National ?), l’ambiance promet d’être belle samedi prochain à 18 heures au stade Massot pour ce dernier match de la saison contre Blois. L’affiche s’apparente à une petite finale où Le Puy doit s’imposer pour valider son billet pour l’échelon supérieur. Si un nul pourrait mathématiquement être suffisant selon les résultats des autres rivaux (Les Herbiers reçoivent le Stade Bordelais et Andrézieux se déplace à Sète), les hommes du coach Roland Vieira, reboostés, n’auront qu’une envie : finir en beauté pour s’ouvrir les portes du National. n

Commentaire