Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Volley
Photo © Jean-Louis Gorce

Ligue A : Chamalières aspire au maintien

Au Cannet ce mardi soir (20 heures), Chamalières lance sa deuxième saison de rang en Ligue A Féminine. Un championnat à 14 équipes où les Panthères viseront le maintien.

La saison du renouveau. Le championnat de France de Ligue A Féminine n'a pas totalement fait peau neuve, mais cet exercice 2018-2019 porte bien le sceau du changement. Avec 14 équipes sur la ligne de départ contre 12 ces dernières saisons, des phases finales qui concernent toujours les huit premiers mais une seule descente programmée, la Ligue Nationale de Volley a donc opté pour un nouveau schéma de compétition.

Formule dépoussiérée


Une formule légèrement dépoussiérée avec la promotion d'office de France Avenir 2024, anciennement IFVB, dans la perspective de préparer la future équipe de France féminine pour les jeux Olympiques de Paris. Dans les faits, cela ne modifie pas foncièrement l'approche du Volley-Ball Club de Chamalières, plus que jamais aspirant au maintien pour sa deuxième saison consécutive en Ligue A Féminine. « Avec une seule descente prévue, il faudra donc laisser une équipe derrière nous, peut-être deux si France Avenir 2024, qui ne peut pas descendre, termine dernier, précise Atman Toubani. Il faudra aller chercher un exploit sportif dans un championnat où le niveau ne cesse d'augmenter. Les effectifs sont de plus en plus équilibrés. Mougins et Marcq-en-Barœul, les promus sportifs, ainsi que Quimper, ont mis le paquet financièrement. Il va falloir faire mieux que ces équipes. »


Un budget de 700.000 euros


Chamalières endosse encore une fois le plus petit rôle de Ligue A Féminine, mais pas question de voir le verre à moitié vide. Une dynamique positive anime les différents acteurs du club, sur et en dehors du terrain. A commencer par le technicien. Parti entraîner aux Etats-Unis cet été, Atman Toubani s'est en effet ouvert. Une nouvelle vision qui lui donne envie de davantage profiter pour permettre à Chamalières et son budget de 700.000 € de saisir sa chance dans un contexte où il n'est pas le mieux loti.

Quand Le Cannet, avec un prévisionnel fixé à 3,5 M€, aligne un collectif de 17 joueuses et des postes doublés et certains triplés, Chamalières mise sur un groupe plus serré avec seulement neuf professionnelles, dont deux centrales. Un recrutement ciblé avec des éléments ayant la connaissance de l'Europe et des championnats avec de l'enjeu comme Diana Arrechea et Amanda Brown. Un groupe avec des profils plutôt athlétiques et une conception de jeu avec trois pointues, ce qui reste atypique.

« La connaissance de l'Europe et des championnats avec de l'enjeu »


« Le maintien sera un exploit, concède Atman Toubani. Mais je suis fier de la politique impulsée par les dirigeants. Ce sera dur pour tout le monde. On est sur un fil à tous les niveaux, mais mon nerf de la guerre c'est la victoire. Le début de saison comptera énormément avec deux déplacements chez des ténors et les réceptions de deux concurrents directs. »

Sur le terrain du Cannet, ce mardi soir (20 heures), pour le lancement de la saison, comme à Nantes, le 2 novembre, Chamalières sait où il met les pieds. En revanche, les deux premières réceptions à Chatrousse, France Avenir 2024 samedi prochain, puis celle de Mougins le 10 novembre donneront une première tendance réaliste. Face à des adversaires directs, Chamalières devra rafler la mise et surtout ne rien laisser à ses adversaires. « C'est à la fois dangereux et bien de les affronter vite, poursuit l'entraîneur. L'ambition sera de prendre rapidement des points. Mieux vaut faire la course devant au classement. Ce sont déjà des matchs pour le maintien. » Psychologiquement bien sûr. Mathématiquement surtout.

Commentaire