Actualité sportive en auvergne



Sports-Auvergne Athlétisme
Photo © Photo Frank Boileau

Mondiaux en salle : Renaud Lavillenie pense médaille…

Sur le programme d'une saison en salle de deux mois, les Mondiaux, à Birmingham (1 er au 4 mars), constituent le feu d'artifice. Sauf qu'à la perche, les artificiers, Renaud Lavillenie en tête, ont allumé les mèches, dimanche, à Clermont, lors d'un All Star Perche intense et historique…

« Si je suis remis ? Ouais… Je ne sais pas », s'attarde l'athlète-organisateur, la tête encore un peu au bal des étoiles de la Maison des Sports. Mais pour le reste, physique et mental, « ça va ». Une bonne nouvelle face à un semainier serré. « Entre le All Star et les championnats du monde, il n'y a pas de temps à perdre, pas de relâche possible, il faut se tenir au programme. »

Priorité première : la récupération. Effectuée le lundi, jour de « rentrée à la maison ». Après le kiné, séance de décrassage le lendemain ; muscu légère mercredi ; perche jeudi avant départ vendredi. Pour le grand jour de la saison indoor, dimanche.

Tout de suite, les réflexes et le sens de l'analyse du champion ont repris le dessus. « Côté récup, à la limite, un de ceux qui se retrouvent dans la meilleure des positions, c'est moi, calcule Renaud. D'une part parce que je réalise une perf pas exceptionnelle et d'autre part parce que j'ai l'habitude de gérer des concours à haute intensité. »

Dans la dissection, le deuxième aux essais et codétenteur de la meilleure perf mondiale (5,93 m) avec le vainqueur, Sam Kendricks, n'omet pas son autocritique. « Je reste toujours un peu sur ma faim. Quelques déchets sur mes sauts ne m'ont pas plu. Après une très bonne première partie, les deux échecs à 5,93 m et à 5,98 m sont un peu frustrants. Il n'a pas manqué grand-chose et je dois remettre le point dessus ».

Passé au crible, le concours clermontois permet même une projection qui ne sautait pas aux yeux, dimanche. Très dense, le concours laisse apparaître, en effet, une hiérarchie.

« Ce trio est favori »


« Un perchiste se détache énormément, l'Américain Kendricks. Il est de retour et la compétition le relance dans la course en tête. Je me positionne derrière en continuant dans la régularité, puis le Polonais Lysek. Ce trio reste le favori pour le podium des « monde » car les autres ont sorti un concours incroyable mais la complexité pour eux sera de tout remettre en ordre. »

L'ambition anglaise du leader français et double champion du monde (2012 et 2016) découle de ce tableau de valeur : « En premier, je vais tout donner et répondre présent pour la médaille ; ensuite, pour gagner le titre une troisième fois. »

Paramètre à rajouter, tout de même, pour les plus hauts : la longueur de temps. Car, en l'absence de qualifs, l'unique concours anglais mettra aux prises jusqu'à 16 perchistes. « Ce sera long », sait à l'avance le Clermontois.

Commentaire