Actualité sportive en auvergne



Plus Hockey-patinage
Photo © AFP

Papadakis-Cizeron : retour sur une saison record

Pour barrer la route du titre olympique à Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, il fallait être irrésistible artistiquement et techniquement, mais aussi compter sur un petit coup de pouce du destin. Tessa Virtue et Scott Moir l'ont fait et il n'y a rien à redire sur le sacre du couple de danse sur glace le plus médaillé de l'histoire des Jeux. Malgré une saison passée sur les plus hauts sommets du monde, les deux Clermontois ont eu la preuve que l'Olympe était définitivement une montagne à part.

Privés en 2017 d'un troisième sacre mondial consécutif par Tessa Virtue et Scott Moir (sortis de leur retraite à l'automne 2016), Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron savent à l'issue de la saison dernière où se situe leur marge progression. Le court. Ce fameux programme où excellent justement ce qui redeviennent, sans surprise, leurs principaux rivaux à l'horizon des Jeux Olympiques de Pyeongchang. 

Sous la houlette de Christopher Dean, la légende britannique titrée en 1984, les deux Clermontois travaillent sans relâche ce point faible durant tout l'été et continue de perfectionner leur libre. Les progrès réalisés ne tardent pas à se manifester en compétition. Début novembre, au Grand Prix de Pékin, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron améliorent déjà leur record personnel sur le court, avec une jolie marque à 81,10. Mieux, le lendemain le duo bat le record du monde de danse sur glace en étant le premier couple de l'histoire à dépasser la barre monumentale des 200 points, avec un énorme 200,43. Une performance survenue quelques jours seulement après celle réalisée par leurs partenaires canadiens auteurs d'un 199,86. La saison est lancée. Le duel annoncé, confirmé.

Deux semaines après la Chine, les Français s'attaquent à la glace de Grenoble pour le Trophée de France. Et là encore ils réalisent une performance pleine de prouesses. En plus de battre une nouvelle fois leur record personnel sur le programme court (81,40), ils améliorent la meilleure marque mondiale sur le libre, en l'établissant à 120,58. La somme des deux programmes est sans appel : nouveau record du monde (201,98).  

Un premier face à face remporté par les Français


Jamais présents sur la même compétition depuis le début de la saison, Papadakis-Cizeron et Virtue-Moir vont enfin avoir l'occasion de se confronter directement lors de la Finale du Grand Prix, à Nagoya, les 7 et 8 décembre. Une fois de plus les records tombent pour les Auvergnats qui confirment leur progression continue et extraordinaire. Avec un génial 82,07 à l'issue du court, ils matent la concurrence. Même les Canadiens ne peuvent leur résister (81,53). Le lendemain, les Français gagnent pour la première fois de leur carrière une finale de Grand Prix, battent pour la première fois de leur carrière Tessa Virtue et Scott Moir et établissent un nouveau record du monde (202,16). Une journée que les deux patineurs clermontois ont à coup sûr marqué d'une pierre blanche.

C'est avec la même soif de performance qu'ils abordent les championnats d'Europe, à Moscou, les 20 et 21 janvier dernier. Dernière répétition générale avant les Jeux. Et c'est avec la même réussite qu'ils raflent leur quatrième titre européen consécutif. Leur note ? 203,16 ! Nouveau record du monde avec un programme libre des plus aboutis (121,87, là aussi un record). 

L'Olympe pour dernier rempart


Oui mais voilà, les Jeux Olympiques ont une nouvelle fois prouvé qu'ils restaient un moment à part. Un moment où seule la perfection n'a de grâce aux yeux de l'or. Qui plus est en danse sur glace. La perfection, elle, l'était dans les patins des deux Clermontois. Un petit peu moins dans le costume de la danseuse lors d'un programme libre tout de même récompensé d'un excellent 81,93 (deuxième meilleure performance de leur carrière dans cet exercice). Leur incroyable courage a d'ailleurs été récompensé d'un immense 123,35 sur le libre (nouveau record du monde). 81,93 + 123,35 ? 205,28 ! Une marque extraordinaire, encore inimaginable en début de saison, à plus de 2 points du précédent record. Une marque que sont pourtant allés chercher Tessa Virtue et Scott Moir (206,07), portés par leur incroyable performance de la veille lors du programme court (83,67, record du monde). 

Après une saison à haute altitude, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont pourtant vu leur rêve olympique brisé pour 79 petits centièmes de points. Malgré leur médaille d'argent (somme toute très belle) leur saison restera à jamais gravée dans l'histoire du patinage français. Avant qu'ils entrent dans la légende olympique dans 4 ans ?
Commentaire