Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierrick DELOBELLE

Romain Bardet : "le report des JO, une décision raisonnable"

Les Jeux Olympiques étaient l'un des grands objectifs de Romain Bardet cette saison. Après l'annonce de leur report aujourd'hui, le Brivadois s'est voulu sage et philosophe. Le leader de la formation AG2R La Mondiale a jugé que cette décision était raisonnable et logique. Tout en admettant que les considérations sportives demeuraient bien moins primordiales actuellement...

Quel est votre état d'esprit suite au report des Jeux Olympiques ?
C'est une décision que l'on attendait. Compte tenu de l'incertitude sanitaire mondiale, c'est une décision qui paraît raisonnable et logique. On se demandait comment, dans les conditions actuelles dans lesquelles le monde est plongé, il était possible de tenir un calendrier et de participer à des Jeux Olympiques dans quelques mois. 

 

Est-ce qu'il y a de la déception étant donné que les JO faisaient partie des grands objectifs de votre saison ? 
Très honnêtement, moi et mes compères cyclistes, nous n'avons pas beaucoup la tête au sportif actuellement. On a plutôt vu les choses en tant que citoyens du monde. A vrai dire, depuis la fin de Paris-Nice il y a une dizaine de jours, on a un petit peu de mal à réaliser tant la situation semble catastrophique. J'ai un peu de mal à considérer les choses en tant que sportif. J'ai un petit peu perdu le fil de la saison. D'autant que nous n'avons aucune date de reprise. En ce moment, nous avons un peu tous des considérations qui dépassent largement les terrains de sport.

 

Est-ce qu'il y a finalement un soulagement que les JO soient reportés d'un an ?
Du soulagement, je ne sais pas. Depuis quelques jours je m'étais fait une raison concernant cet événement. Quand on regarde la pandémie, la vitesse de diffusion, les mesures qui sont prises... L'Inde vient de se mettre en confinement, l'Afrique est touchée aussi... Les experts et les virologues ont du mal à avoir un calendrier précis sur la manière dont la pandémie va pouvoir se résorber. C'était illusoire de croire qu'en moins de six mois on allait pouvoir réunir des athlètes du monde entier dans de bonnes conditions de sécurité pour qu'ils puissent faire la fête du sport. C'est une décision vraiment raisonnable qui a été prise. 

 

"Moins utopique que le Tour puisse être organisé"

 

Est-ce qu'un report du Tour devient-il inévitable ?
La question devient inévitable. Maintenant que les Jeux sont annulés, toute l'attention médiatique va être sur le Tour de France. Nous les premiers acteurs on va bien évidemment se la poser car il s'agit là du seul fil pour se raccrocher à la saison. De mon point de vue, même si je ne suis pas légitime pour parler de ça, les conditions me paraissent tout de même complètement différente pour le Tour de France que pour les JO. Sur le Tour, on aura une population bien identifiée avec des athlètes de provenances moins disparates. Il y a des possibilités aussi pour réduire certains aspects de la course en prenant garde de ne pas dénaturer l’événement. Si la pandémie a été contrôlée, cela me semble moins utopique que le Tour puisse être organisé. Tout le monde traverse une période difficile. Cela serait un excellent signe si le Tour de France pouvait se tenir en juillet. Cela voudrait dire que la situation sanitaire se serait nettement améliorée. Et on aurait là un événement unificateur pour tous se retrouver.

 

Etes-vous prêt à vivre un Tour sans public, un peu comme sur Paris-Nice ?
Je ne sais pas. Cela me semble en tout cas compliqué que le Tour de France puisse se tenir tout à fait normalement. On sait que c'est un événement universel. Des gens de la planète entière viennent sur la Grande Boucle. J'imagine mal que le Tour de France 2020 puisse être identique à celui que l'on a vécu l'an dernier. Que ce soit en terme de présence physique ou de spectateurs sur le bord de la route. Maintenant, il y a moins de 200 coureurs au départ et c'est possible qu'il ait lieu. Il y a cependant plein de questions à se poser. Et notamment au niveau de l'équité. Il n'y a plus de contrôle anti-dopage en ce moment. Pour un événement de cette ampleur, est-ce que l'équité serait respectée si les contrôles ne sont pas faits d'ici là ? Nous n'avons plus de suivi longitudinal. Nous n'avons plus rien. 

 

"Coup de chapeau aux soignants"

 

Comment parvenez-vous à entretenir votre forme physique ?
Actuellement, on ne la maintient pas. Et cela sera compliqué tant que nous n'aurons pas le droit d'aller sur la route et tant que le confinement sera en place. Ce qui est d'ailleurs absolument nécessaire. C'est compliqué de se construire une forme physique durable et de se consacrer à de grands événements. Là, on est plus intéressé à suivre la bataille contre le virus. Je tire d'ailleurs mon chapeau aux soignants qui sont en train de mener un combat en accueillant les personnes infectées.

 

Comment occupez-vous vos journées ?
J'ai la chance d'être papa depuis un petit mois. Je passe donc tout mon temps avec ma famille, ma femme et mon fils. On essaie de trouver un peu de réconfort là dedans. On est pendu continuellement aux infos. La situation actuelle est tellement difficile et particulière. J'ai du mal à prendre du recul pour apprécier les choses. Quand on voit ce qu'il se passe, j'en reste un peu sans voix...

 

Propos recueillis par Arnaud Clergue

Commentaire