Actualité sportive en auvergne



Photo © Pierre COUBLE

Ski : Coudun : « Réaffirmer le projet sportif »

Laurent Coudun est, depuis fin avril, le nouveau président du Comité d'Auvergne de ski. Rencontre.

Laurent Coudun a succédé, suite au scrutin du 28 avril dernier, lors de l’assemblée générale organisée à Clermont-Ferrand, à Pierre Moreau, qui avait occupé la fonction de président du Comité d’Auvergne de ski, durant quatre mandats.

Revenons sur votre élection. Sur quoi aviez-vous fait reposer votre candidature ?
« Il y avait 34 candidats pour 24 postes au comité directeur du Comité d’Auvergne . Et les 24 membres élus m’ont choisi comme président, ce que l’AG a ensuite validé. Je souhaitais que s’exprime une volonté de représentativité de tout le territoire qui, une fois appliquée la loi NoTRE qui nous fait perdre le Cher, comprend aujourd’hui les quatre département s auvergnats, ainsi que ceux du Limousin, Corrèze et Haute­-Vienne. Je souhaitais aussi qu’un équilibre soit trouvé entre les disciplines alpines et nordiques, et que les clubs loisirs soient justement représentés à côté des clubs plus tournés vers la compétition. Ce que globalement, on a réussi à obtenir. Les clubs ont joué le jeu. »

Quel est l’axe fort que vous souhaitez donner à votre mandat de 4 ans ?
« Réaffirmer le projet sportif. Il a pu y avoir u n certain nombre de divergences de perception d’un projet sportif mal compris par les clubs et structures. Là, la volonté a été comprise par tous. Le projet va se construire progressivement pour être lisible. Dans cette construction globale, prend place la création du Pôle espoir interrégional qui s’appuiera sur les structures de proximité que sont le collège Pavin, à Besse et le lycée Murat, à Issoire, avec lesquels on travaille déjà. Une structure d’entraînement de qualité pour favoriser une meilleure articulation entre temps d’entraînement en clubs et temps scolaire. Ce pôle a été validé par la FFS, on attend le feu vert ministériel en octobre. »

Quelle est la situation sportive ?
« Il y a eu un gros travail de fait sur le nordique, qui a bien progressé en développement et en résultats significatifs. En alpin, en termes de résultats, on a trois jeunes, soit issus de la formation Comité d’Auvergne même s’ils n’y sont plus aujourd’hui (Rémi Falgoux formé à Besse et Esther Paslier au Lioran), soit qui sont toujours licencié chez nous (Ninon Esposito, Le Lioran) qui sont en équipe de France B et peuvent, à terme, évoluer en A. Concernant le développement, il faudrait dynamiser un circuit un peu plus promotionnel à destination des clubs loisirs. Le sport santé, le ski de rando, le ski loisir et le ski handi offrent également des capacités pour se développer…»

Autres mesures d’importance ?
« Une commission sportive qui ne cloisonne pas l’alpin et le nordique mais facilite au contraire une synergie, dès la préparation physique et sportive. Donner également du poids aux clubs loisirs, ce qui est l’objectif de Michel Vion ( président de la FFS, réélu voilà 1 0 jours, NDLR), car ce sont les piliers de la FFS, à côté du haut niveau. »

Quel est votre positionnement au sein de la nouvelle grande région ?
« L’Auvergne compte 2.945 licenciés répartis dans 45 clubs. La Ligue Auvergne­-Rhône-­Alpes, elle, regroupe, à elle seule, 67 % des licenciés de la Fédération française de ski. Pour ma part, j’ai fait acte de candidature (le vote aura lieu en septembre) pour en être un vice-président car j’estime que l’Auvergne doit être représentée dans les instances de la grande ligue. »
Commentaire