Actualité sportive en auvergne



Photo © AFP

Tour du Pays basque : des étapes dans le viseur d’Alaphilippe

Auréolé de son statut de nouveau numéro un mondial, Julian Alaphilippe, avant les classiques ardennaises, tentera d’enrichir son palmarès déjà fort de sept succès sur le Tour du Pays basque promis aux puncheurs-grimpeurs de ce lundi à samedi. 

Le contexte

Deux semaines après sa tournée italienne ponctuée par un triomphe sur Milan-San Remo, Julian Alaphilippe effectue une escapade dans le nord de l’Espagne sur la route du triptyque ardennais constitué de l’Amstel Gold Race (21 avril), de la Flèche Wallonne (24 avril) et de Liège-Bastogne-Liège (28 avril).

Du Tour du Pays basque, auquel il prend part de ce lundi à samedi, le Montluçonnais est un habitué. Il y a connu des fortunes contraires avec une grosse chute et un genou abimé qui lui ont coûté le Tour de France et une partie de sa saison en 2017, puis une double rédemption en 2018 avec des succès sur les deux premières étapes et trois jours en tant que leader de l’épreuve.

Un an plus tard, il n’affiche pas trois mais déjà un total époustouflant de sept victoires et se présente dans la peau d’un tout nouveau numéro un mondial. Pour quels objectifs ? Des succès d’étapes, très certainement, avec des profils à sa convenance de mardi à jeudi.

Quant au général, reste à savoir si Julian Alaphilippe jouera sa carte pleinement sur les deux dernières étapes plus escarpées, vendredi et samedi, alors que l’an dernier il avait laissé filer (35e au final) pour en garder sous la pédale en vue des futures classiques.

 

L’équipe

La redoutable Wolfpack, surnom de la Deceuninck-Quick Step (20 victoires cette saison), sort son loup à deux têtes avec au côté de Julian Alaphilippe, son coureur en devenir sur les grands Tours, Enric Mas. L’Espagnol, 2e du Tour d’Espagne 2018, est monté en puissance sur le Tour de Catalogne (9e au général), il y a dix jours, et avait remporté l’étape phare du Tour du Pays basque en 2018 à Arrate, de nouveau au programme, vendredi.

Pour les épauler, un autre Auvergnat, Rémi Cavagna, qui sera à suivre ce lundi dans sa spécialité du chrono individuel (3e du contre-la-montre du Tour de la Provence en février) avant de se muer en équipier, rôle également dévolu aux Belges Dries Devenyns et Pieter Serry, au Danois Mikkel Honoré et au Tchèque Petr Vakoc.

« Avec Enric (Mas), nous verrons au jour le jour, alors que Julian (Alaphilippe) visera les victoires d’étapes, ce qui devrait apporter une certaine dynamique à l’équipe sur laquelle nous voulons nous appuyer tout au long de l’épreuve, décrit le directeur sportif Klaas Lodewyck. Nous espérons avoir de bons résultats afin d’engranger de la confiance pour les Ardennaises. »

 

Le parcours

Les sprinteurs passeront leur tour. Le Tour du Pays basque est dédié aux puncheurs-grimpeurs qui pourraient prendre le dessus dès ce lundi lors du contre-la-montre inaugural de 11,3 km à Zumarraga rehaussé d’une belle côte de 3e catégorie (2,2 km à 9,5 %) au beau milieu.

Mardi et mecredi, les arrivées à Gorraiz et Estibaliz proposeront de jolis « coups de cul » de 800 m à 5,6 % et 1,4 km à 4,2 %. Jeudi, quatre ascensions sont répertoriées dont la dernière de 3,1 km à 3,6 % à 6 km du but avant de plonger vers Arrigoriaga.

Le plus dur est programmé pour vendredi avec sept côtes dont celle vers Arrate (5,9 km à 7,4 %) pour la gagne avant un solide final avec six difficultés tracé autour d’Eibar, samedi.

 

Le plateau

Il sera moins dense que sur les récents Paris-Nice, Tirreno-Adriatico et autre Tour de Catalogne. Adam Yates (2e au général de ces deux derniers) a de belles chances d’être enfin couronné. Face au Britannique de Mitchelton, la Movistar avec Mikel Landa comme leader et surtout Astana avec Jakob Fuglsang, les frères Izagirre et Alexey Lutsenko constitueront les principales menaces. Au rang des outsiders, pointent Maximilian Schachmann (Bora), Dan Martin (Emirates), Daniel Felipe Martinez (EF-Education First), George Bennett (Jumbo) et Rudy Molard (Groupama-FDJ). A moins que Geraint Thomas ne sorte enfin de sa torpeur au sein d’une formation Sky qui aligne également Michal Kwiatkowski.

 

Les étapes

Lundi 8 mars. Etape 1 : Zumarraga › Zumarraga (contre-la-montre individuel, 11,3 km).
Mardi 9 mars. Etape 2 : Zumarraga › Gorraiz (149,5 km).
Mercredi 10 mars. Etape 3 : Sarriguren › Estibaliz (191,4 km).
Jeudi 11 mars. Etape 4 : Vitoria-Gasteiz › Arrigorriaga (164,1 km).
Vendredi 12 mars. Etape 5 : Arrigorriaga › Arrate (149,8 km).
Samedi 13 mars. Etape 6 Eibar › Eibar (118,2 km).
Toutes les arrivées sont prévues entre 17 heures et 17 h 30

 

Vivian Massiaux

Commentaire