Actualité sportive en auvergne



Photo © Rémi DUGNE

Un travail à finir pour Clermont

La formule reste la même : au meilleur des trois matchs. Lors de son entrée en play-offs de D2 face aux Français Volants, les Sangliers Arvernes avaient bouclé l’affaire en deux.

Ce sera leur objectif, une nouvelle fois, ce samedi soir (20?h?30) dans leur patinoire, puisque lors de la rencontre aller de leur quart de finale face à Morzine-Avoriaz, en Haute-Savoie, les hommes d’Éric Sarliève se sont, là encore, mis dans les meilleures dispositions, l’emportant en prolongation (2-3) (*).
Très satisfaisant mais à renouveler. Chez les Sangliers, on en est bien conscients : « Je n’ai pas senti de relâchement, annonce l’entraîneur clermontois. Tout le monde est vraiment très content de la victoire là-bas. Mais on sait très bien que pour passer, il faut deux victoires et on n’oublie pas que Morzine nous a battus (2-4) chez nous, lors du match aller de première phase. Ils sont donc capables de le refaire. »

S’appuyer sur la défense

Pour l’instant, ce sont bien les Clermontois qui mènent 1-0 : « On savait que Morzine avait eu beaucoup de mal contre Rouen (2) au premier tour, une équipe très jeune qui les a beaucoup pressés en mettant beaucoup d’intensité. On a essayé de faire la même chose tout en étant constant dans ce qu’on fait depuis le début de l’année. Notamment en restant très solide défensivement. C’est là-dessus qu’on s’appuie », annonce Éric Sarliève.
Reste que c’est bien Morzine qui est dos au mur, ce qui permet d’esquisser un début de scénario : « C’est à eux de venir chercher des buts. Nous, on ne jouera pas contre-nature, en contre mais c’est à eux de prendre des risques, pas à nous. Au-delà de nos qualités physiques, il faut qu’on joue avec notre intelligence et notre expérience », confirme le technicien clermontois, dont l’effectif enregistre le retour de Vigier, absent à l’aller, alors que Gervais et Chautant sont toujours incertains.
Jean-Philippe Béal
(*) En cas de victoire de Morzine-Avoriaz, un match d’appui aura lieu dimanche, à 19 heures.

Commentaire