Actualité sportive en auvergne



Photo © Richard BRUNEL

XV de France : les Clermontois moins nombreux à l'avenir ?

Le Bleu d'Auvergne s'efface à la table du XV de France. Sébastien Vahaamahina et Wesley Fofana qui arrêtent, Camille Lopez sur la fin, Morgan Parra pas en vogue : les Bleus de Clermont seront forcément bien moins nombreux pour la prise de fonction de Fabien Galthié lors du prochain Tournoi. 

L'ASM Clermont Auvergne fournisseur majeur du XV de France ! L'image est connue. Elle est aussi vraie. Mais elle a peut-être et sans doute vécu - au moins pour un temps. Car au sortir de l'élimination du XV de France par le pays de Galles en quart de finale de la Coupe du monde, la part de Clermontois pourrait vite se réduire de façon drastique du côté de Marcoussis.

Régulièrement, une bonne huitaine de joueurs de l'ASM étaient de toutes les campagnes ces dernières saisons.  Mais la donne est en train de changer. Et s'ils étaient sept à partir pour le Japon (Falgoux avait été débarqué avant et Fofana a vite rendu les armes avant même de pourvoir combattre), combien seront -ils lors de la première liste de FabienGalthié pour le prochain Tournoi ? Trois, quatre maxi ?

 

Vahaamahina ne portera plus le maillot de l'équipe de France

 

Déjà, Sébastien Vahaamahina s'est mis de lui-même hors jeu. Il dit aujourd'hui qu'il avait décidé d'arrêter après ce mondial japonais. Visiblement, et selon nos informations, sa relation avec Fabien Galthié n'était pas au beau fixe et l'aurait effectivement poussé à anticiper son départ. C'est incontestablement une perte à ce poste de deuxième ligne. À 28 ans depuis hier, il pouvait évidemment postuler pour la prochaine Coupe du monde en France en 2023.

 

Camille Lopez est lucide...

 

Car cette échéance a son importance dans le timing des sélections à venir. Camille Lopez (30 ans) sait qu'il n'en sera pas. "C'était ma première et dernière Coupe du monde, a-t-il expliqué à notre confrère Marc Duzan de Midi Olympique". Et d'ajouter, dans un éclair de lucidité : "J'ai 30 ans, le temps passe... Il y a des jeunes qui arrivent (Ntamack, Jalibert, Carbonel) et dans un coin de ma tête je me suis préparé à ce que le rugby international s'arrête". En clair, je suis disponible mais je sais que ne je suis plus une priorité dans l'optique de France 2023.

Wesley Fofana, lui, avait annoncé que le voyage au pays du Soleil Levant serait son dernier rendez-vous frappé du coq. Il n'aura même pas pu l'honorer, son corps le trahissant une fois de plus. Avec ce trio qui s'apprête à disparaître des tablettes internationales, il convient peut-être d'ajouter le cas de Morgan Parra.

Le demi de mêlée de Clermont a bien arrangé le staff des Bleus en se blessant en finale du Challenge européen face à La Rochelle à Newcastle. Celui-ci n'a ainsi pas eu à se justifier pour l'évincer de la liste pour le Japon. Mais reverra-t-on Morgan Parra en Bleu ? Il est permis d'en douter malgré ses 72 sélections. D'abord parce que sa sortie médiatique de mars dernier après la gifle en Angleterre - fut-elle sincère, justifiée et argumentée - a laissé des traces.

 

Morgan Parra blacklisté

 

Le président de la FFR, Bernard Laporte, n'a pas (mais alors pas du tout) aimé cette saillie en public et il est toujours là... Au moins pour un an encore. Quant à Fabien Galthié, apprécie-t-il le joueur et l'homme au point de le convoquer encore ? Poser la question... Enfin, Morgan Parra est plombé par son âge (30 ans passés) alors que le poste n'est pas en souffrance avec Antoine Dupont ou Baptiste Couilloud pour ne citer que ces deux-là. Sans oublier peut-être un certain Sébastien Bézy. Le futur Clermontois n'a que 27 ans... C'est sans doute davantage sur eux que repose France 2023 alors que Morgan Parra aura 34 ans.

Parmi ceux qui seront encore là, on peut citer l'ailier Damian Penaud évidemment, tout comme le troisième ligne Arthur Iturria. Alivereti Raka sait désormais ce que réclame le niveau international. À lui de faire en sorte de combler certaines lacunes, notamment défensives. Car un Alivereti Raka en forme n'a que peu d'équivalent.  Le pilier Rabah Slimani est âgé de 29 ans. Il a donc de l'avenir devant lui. Mais son jeu, plus statique que la moyenne malgré de gros progrès, plaira-t-il à Fabien Galthié ? Demba Bamba sera davantage en cours. Il a toutefois une carte à jouer. Cela dépendra aussi de ce que le futur boss veut faire en fonction de 2023. On y revient, encore et toujours...

Pour d'autres, cela semble plus délicat. Paul Jedrasiak (26 ans) n'est pas un taulier à l'ASM. Il ne peut donc prétendre à l'être chez les Bleus. Judicaël Cancoriet (23 ans) a déjà goûté au groupe France. Mais Charles Ollivon a marqué son territoire et la concurence est féroce à ce poste, entre les Cros, Camara, Jelonch, Babillot et consorts. À gauche de la mêlée, Étienne Falgoux a un coup à jouer derrière Jefferson Poirot qui pourrait être un futur capitaine.

 

Fischer, Ezeala dans les années à venir ?

 

Il faudra aussi attendre le retour de la grosse sensation de la saison passée, Alexandre Fischer (21 ans). Le flanker va rependre après huit mois d'arrêt. S'il affiche les mêmes statistiques qu'avant sa blessure, il sera un candidat plus que crédible dans un rôle de plaqueur-gratteur où il a bluffé son monde en seulement quelques mois. C'est évidemment encore trop tôt pour le jeune Donavan Taofifenua, champion du monde des - 20 ans en juin dernier. Il devra d'abord s'imposer en club.

Reste enfin le cas Samuel Ezeala. À 19 ans, l'Espagnol a joué sept des huit premiers matchs disputés durant la Coupe du monde. Il en a profité pour inscrire deux essais et afficher ses qualités de vitesse. Sa première demande de naturalisation n'a pas abouti car jugée trop précipité. Mais elle suit aujourd'hui son cours et finira par aboutir. Vu son âge et son potentiel, on ne peut pas l'écarter pour l'avenir. Quatre ans, c'est long. Mais dans une carrière, c'est vite là... Et France 2023 commence aujourd'hui. Avec sans doute un peu moins de Bleus d'Auvergne dans un premier temps. Pas sûr que cela pose un problème à l'entité ASM Clermont au cœur d'une saison à nulle autre pareille...

 

Valéry Lefort

Commentaire