Actualité sportive en auvergne



Photo © Francis CAMPAGNONI

Rodier (Issoire) : "Il n'y a plus de joker, il n'y a plus rien"

En s'inclinant face à Rumilly (13-14) ce dimanche au Mas, Issoire a laissé passer une belle occasion de se rapprocher de Villefrance-sur-Saône, premier non relégable. A sept journées de la fin, les joueurs de Christophe Rodier pointent à cinq points des Caladois. « A la fin, il faudrait qu'on en ait un de plus d'eux », martèle l'entraîneur en chef de l'USI.

Encore une défaite frustrante. On a l'impression de se répéter cette saison après les matchs à domicile...

 

« En terme de résultats, oui. Mais pas au niveau de l'état d'esprit car on a affiché un meilleur visage que celui qu'on avait montré en première mi-temps face à Vienne (défaite 17-27). On ne peut rien reprocher aux joueurs à ce niveau-là. Après, l'état d'esprit c'est bien, mais ça ne suffit pas pour gagner les matchs. L'état d’esprit, c'est la base. Et puis, il y a des faits qui sont rédhibitoires en Fédérale 1 et qui ne peuvent pas exister à ce niveau. Alex Paul prend un carton rouge mais je ne peux pas lui reprocher son investissement. Depuis trois semaines on "tabasse" les joueurs sur l'engagement. Il faut accepter que des fois on s'engage un peu trop, au-delà de la limite. Le problème, c'est que 65 minutes à 14, c'est compliqué. »

Issoire continue de faire du surplace (réécouter le match)

 

Face à Rumilly, vous visiez la victoire. A l'arrivée vous obtenez le bonus défensif qui vous permet de revenir à cinq points de Villefranche-sur-Saône, le premier non relégable. Ce n'est pas suffisant...

« A chaud, comme ça, prendre un bonus défensif, ce n'est pas suffisant en effet. Malgré tout, on est bien obligé de s'en contenter. On revient à une victoire bonifiée de Villefranche, qu'on recevra dans deux journées. »

 

« On fera les comptes à la fin »

Avec cette défaite, votre situation se complique...

« Il reste des matchs à la maison, des points à prendre. On verra bien. On fera les comptes à la fin. Il n'y a plus de joker, il n'y a plus rien. Simplement des points à récupérer. On est à cinq points de Villefranche. A la fin de la saison, il faut qu'on en ait un de plus qu'eux. C'est tout. »

 

 

Le championnat ne reprendra que le 16 février. Comment allez-vous gérer cette période ?

« Deux semaines, ça fait un peu long. En plus, on va rattaquer à Massy, un déplacement qui sera forcément compliqué. On va couper un peu cette semaine, on ne va planifier qu'un seul entraînement. On remettra la machine en route la semaine suivante avec trois séances. »

 

Propos recueillis par Manuel Caillaud

Commentaire