Actualité sportive en auvergne



Photo © Sylvain Néron

Etoiles du sport à Vichy : Omeyer "espère avoir donné envie aux jeunes de devenir gardien"

Les spécificités de son poste, l’héritage des aînés, sa force mentale… Thierry Omeyer est revenu sur son immense carrière, mardi matin, à Vichy, devant les espoirs des Étoiles du sport.

Tout juste retraité, Thierry Omeyer a fait l’aller-retour entre Paris et Vichy, mardi matin, pour intervenir devant les jeunes espoirs des Étoiles du sport, actuellement réunis en université d’été dans la cité thermale. Un partage d’expérience cher au plus grand palmarès français dans le sport collectif (59 titres).

 

Avez-vous vraiment intégré que vous êtiez à la retraite ?

« Pour l’instant, c’est un peu comme si c’était la fin d’une saison classique, même si je sais qu’il n’y aura pas de reprise. C’est une décision que je suis très content d’avoir pris. Pour l’instant, ça se passe bien. »

 

Vous êtes très sollicités. C’était important, pour vous, de répondre à l’invitation des Étoiles du sport dont l’essence est la transmission entre générations ?

« C’est important par rapport à mon expérience dans le handball et plus particulièrement en équipe de France. La transmission est primordiale. Donc être là et prendre la parole devant tous ces jeunes qui ont encore toute leur carrière devant eux était évident pour moi. Grâce à ce partage, aux témoignages des différents champions, ils pourront retirer des outils pour bien mener leur carrière, même gagner un peu de temps et avoir des réponses aux questions qu’ils se posent. »


Sans ce partage d’expérience, vous n’auriez sûrement pas fait cette carrière ?

« Bien sûr. C’est important de se servir de l’expérience des aînés. Durant toute ma carrière, j’ai essayé de retenir des phrases de mes entraîneurs, de partager des expériences de joueurs plus âgés que moi, comme Jackson Richardson ou Bruno Martini, de prendre un peu de tous ces gens-là pour progresser. »

« Quand on est gardien, il faut prendre l’ascendant psychologique sur l’adversaire, remporter son duel avec le tireur »

Thierry omeyer (jeune retraité)

Le poste de gardien est un poste particulier. Il faut avoir un côté un peu
kamikaze ?
 Quelles sont les qualités requises ?

« C’est un poste qui requiert une bonne capacité d’analyse et très rapide. On retrouve des situations qui se reproduisent et qu’il faut être capable d’assimiler le mieux possible. La force mentale est très importante à ce poste. Il faut aussi avoir des qualités physiques, de souplesse, d’explosivité. Mais c’est surtout un poste génial dans lequel je me suis éclaté tout au long de ma carrière. J’espère avoir donné envie aux jeunes de devenir gardien. Pendant longtemps, c’était là qu’on mettait le joueur qui ne savait pas trop joué dans le champ. »

 

Le mental, c’est ce qui vous a permis d’être décisif dans les grands rendez-vous ?

« Quand on est gardien, il faut prendre l’ascendant psychologique sur l’adversaire, remporter son duel avec le tireur. Le gardien est là pour rassurer sa défense. C’est ce côté décisif qui m’a plu. Mais c’est un investissement au quotidien. J’ai fait beaucoup de travail vidéo pour savoir comment tirent mes adversaires. Dans le money-time, ils ont tendance à faire leur tir préférentiel, celui qu’ils maîtrisent le plus. Ça m’a permis de faire des parades parfois décisives.  »

Pourquoi l'« entrepreneuse digitale » Justine Hutteau participe-t-elle aux Etoiles du Sport à Vichy ?

On parle de vous comme le meilleur gardien de l’histoire du handball. Comment gérez-vous tous ces hommages ?

« Ça touche énormément, ça fait super-plaisir. Dans ma carrière, les distinctions m’ont toujours donné confiance. J’avais envie de confirmer derrière. De la même manière, j’ai appris de mes défaites, qui m’ont poussé à travailler encore plus. »

 

Quels sont vos projets maintenant ?

« Je vais rester dans le monde du handball même si j’ai envie de faire d’autres choses à côté aussi. J’ai envie de redonner au handball tout ce que ce sport m’a apporté. J’ai passé mon diplôme d’entraîneur il y a deux ans. Là je termine ma formation de manager général. Dès le mois d’août, je vais occuper un poste au sein du Paris Saint-Germain pour participer au développement sportif du club. »

 

Propos recueillis par Olivier Rezel.

Commentaire