Actualité sportive en auvergne



Athlétisme Piste
Photo © Richard Brunel

Trynkler aborde un nouveau virage, hors d'Auvergne

La vice-championne de France du 200 mètres veut « passer un cap ». Pour tenter d’y parvenir, elle a rejoint le groupe d’entraînement de Franck Matamba (Bron) et signé à Orléans.

Les routes d'Élise Trynkler et du RC Vichy se séparent. Le départ de la sprinteuse a été officialisé vendredi soir, lors de l'assemblée générale du club. « J'ai beaucoup réfléchi. La décision n'a pas été facile », reconnaît la jeune femme, qui cesse sa collaboration avec Thierry Lauron.

« Après les "France", cet été, j'avais l'impression qu'on était arrivés au bout », confie Élise Trynkler. Un constat partagé par l'entraîneur vichyssois. « J'étais au bout de ce que je pouvais lui apporter. Je manquais de disponibilité à cause de mon travail », concède Thierry Lauron.

La séparation s'est effectuée sans heurts. Mais pas sans émotion. « Il y a toujours un pincement au cœur. Mais les athlètes ne nous appartiennent pas. Il faut savoir les laisser partir quand ils ont la possibilité de progresser », observe Thierry Lauron, qui a poli le diamant Trynkler en huit années de collaboration, d'abord au pôle espoirs d'athlétisme du Creps de Vichy, puis au sein du RCV.

400 mètres : une piste pour l'avenir


Sous « l'ère Lauron », la sprinteuse est passée de 12 secondes à 11" 5 sur 100 mètres, a récolté cinq médailles nationales (dont un titre de vice-championne de France en salle, en février 2016, puis en plein air à Marseille l'été dernier)…

Mais à 25 ans (elle les aura le 19 décembre), la sprinteuse sait qu'elle ne doit plus perdre de temps. « J'ai envie de passer un cap », explique-t-elle. Pour y parvenir, la Moulinoise a décidé de rejoindre Franck Matamba. Le savoir-faire de l'entraîneur de l'Asul Bron, qui compte dans son groupe quelques athlètes de premier plan comme Estelle Perrossier (membre de l'équipe de France championne d'Europe du 4x400 mètres en 2014), n'est plus à démontrer. Élise Trynkler s'est déjà rendue dans le Rhône pour une séance. Elle doit y retourner lundi prochain. « Franck ressemble à Thierry dans sa façon de travailler. Quand je veux corriger des choses sur le plan technique, je vais à Lyon. Dès que j'ai besoin d'un conseil, je l'appelle, il est disponible », observe l'athlète désormais licenciée… à Orléans, le club de son compagnon, le perchiste Stanley Joseph.

Nouvel entraîneur, nouveau club, mais toujours à Clermont la semaine, pour ses études (master staps). La jeune femme a l'intention d'aborder ce nouveau tournant dans sa carrière comme elle négocie ses virages sur 200 mètres. Avec efficacité. Son objectif : le championnat du monde des relais 4x200 m, fin avril, aux Bahamas. « Mais pour ça, il va falloir que je réussisse mon hiver. » Élise Trynkler se projette même plus loin. L'âge aidant, elle conçoit son avenir à plus long terme, sur une plus longue distance : le tour de piste.

Commentaire