Actualité sportive en auvergne



Photo © Stephanie Ferrer

Vichy-Clermont arrache un derby brûlant

Brûlant, vraiment, ce choc remporté par Vichy-Clermont, ce vendredi, sur le parquet d’une halle Boulloche pleine à craquer. Mais c’est certainement la fraîcheur des hommes de Vizade qui a fait basculer le match du côté auvergnat (95-102).

Il ne pouvait en être autrement dans ce derby : 40 minutes n’ont pas suffi à Saint­-Chamond et Vichy-­Clermont pour se départager. Une première prolongation non plus. Comme au Pierre­-Coulon la saison dernière, le choc des voisins s’est joué au bout de la deuxième prolongation de 5 minutes.

Mais cette fois, c’est la JAVCM qui est sortie vainqueur de ce combat âpre, intense, sur le score de 102 à 95. « La pièce aurait pu tomber de l’autre côté », a reconnu sportivement après la rencontre le Stéphanois Denave, meilleur marqueur de la soirée (20 points). Ironie du sort, c’est l’ailier américain, Andell Cumberbatch qui s’est montré décisif sur deux gros shoots dans la deuxième prolongation, lui qui, rapidement handicapé par les fautes, avait connu un gros manque de réussite pendant le temps réglementaire.

La JAVCM gênée dans son jeu rapide, mais dominante aux rebonds

Mais c’est peut­-être cette fraîcheur emmagasinée sur le banc durant l’équivalent de deux quart-temps qui lui a permis de garder la lucidité et l’adresse nécessaires dans le « money time ». La rentrée pleine de punch de Ngouama a également fait du bien à l’équipe auvergnate quand le reste de l’équipe jouait « capot ouvert », pour reprendre l’expression de Guillaume Vizade.

S’il a mal fini, Saint-­Chamond avait pourtant bien commencé le match avec Ben Romdhane puis Hoyaux à trois points. À la peine pour imposer son jeu rapide, la JAVCM a réussi à rester sur les talons du SCB grâce notamment à sa domination aux rebonds (offensifs et défensifs), en dépit de plusieurs ratés étonnants sous le cercle.

Sur contre­-attaque, Hooker a même mis son équipe devant au tableau d’affichage un court instant, avant le duel attendu derrière l’arc de cercle entre Hoyaux et Denave. Le second répliquait au premier tandis que la mobilité d’Adala Moto posait de gros problèmes aux intérieurs couramiauds, mis à la faute à l’image de Paumier, mais bien servis par l’efficacité du jeune Hergott.

Au coude­ à ­coude, c’est finalement Saint-­Chamond qui prenait un court avantage avant de rejoindre les vestiaires (45­-41, 20e). Après le changement de côté, le combat est encore monté en intensité.

Le chassé-­croisé au tableau d’affichage, la nervosité couramiaude (à l’image de Paumier), les banderilles de Denave derrière l’arc de cercle, le sens collectif du sacrifice aux rebonds côté auvergnat, le panier primé de Ben Romdhane, à une minute de la fin du temps réglementaire, les trois points d’avance du SCB (81­-78 à 26 secondes de la fin) grâce au jeune ligérien Massa… Tous ces événements ont conféré à cette partie un scénario dramatique.

Mais c’est Vichy-Clermont qui a écrit la fin : un happy end contre une équipe du top 5. Les bruyants supporters du Dragon Club Auvergne pouvaient gentiment chambrer : « Ici, ici, c’est Vichy ! »

 

La fiche technique :

Saint-Chamond (Halle André-Boulloche). Vichy-Clermont bat Saint-Chamond 95-102. Score des quart-temps : 23- 19, 22-22, 17-25, 19-15, 1re prolong. : 6-6, 2e prolong. : 8-15. Arbitres : MM. Creton, Bourgeois et Maccario. 1.400 spectateurs.

Saint-Chamond. 35 paniers sur 77 tirs dont 12 sur 35 à trois points ; 13 lancers francs sur 24 ; 46 rebonds (Hergott et Rinna, 8) ; 25 passes décisives (Guichard, 7) ; 22 balles perdues. Les points. Hoyaux (19), Guichard (11), Hergott (19), Ben Romdhane (17), Paumier (6), puis Abada (-), Uzas (-), Legat (-), Massa (16), Rinna (7), Bernaoui (-).

Vichy-Clermont. 37 paniers sur 84 tirs dont 13 sur 34 à trois points ; 15 lancers francs sur 25 ; 50 rebonds (Koné, 10) ; 16 passes décisives (Denave, 4) ; 18 balles perdues. Les points. Adala Moto (10), Hooker (18), Morency (2), Koné (18), Cumberbatch (11), puis Bengaber (-), Ngouama (12), Mourtala (-), Denave (20), Bronchard (11).

 

Olivier Rezel

Commentaire